Les oeuvres de Dalì et le Surréalisme

Le Surréalisme en trois dimensions

« L’art doit envahir la vie ».

Salvador Dali

Salvador Dali, Visage de Mae West, 1934-1935, huile sur toile, 21,3 x 17,8 cm, Chicago, The Art Institute of Chicago, http://www.4-construction.com/fr/article/meubles-dans-les-peintures-de-salvator-dali_7672/, © 2007 4-INDUSTRY

Salvador Dali, Visage de Mae West, 1934-1935, huile sur toile, 21,3 x 17,8 cm, Chicago, The Art Institute of Chicago, LIEN, © 2007 4-INDUSTRY

Mary Jane West (1893-1980) était une actrice américaine sexe-symbole des années 1920 à 1940. Fasciné par ce personnage public, c’est en 1934 que Dali réalise le Visage de Mae West.

Salvador Dali, Recréation en trois dimensions du visage de Mae West, sofa, une cheminée, deux tableaux, http://www.clg-caillols.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?article825, © Académie d'Aix-Marseille 2008-2014

Salvador Dali, Recréation en trois dimensions du visage de Mae West, sofa, une cheminée, deux tableaux, http://www.clg-caillols.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?article825, © Académie d’Aix-Marseille 2008-2014

Près de quarante ans plus tard, en 1972, il recrée cette œuvre en trois dimensions avec l’aide de l’architecte et designer barcelonais Óscar Tusquets. Comme le montre cette rétrospective en trois dimensions (https://www.youtube.com/watch?v=EWlLK9gGUdA), l’artiste utilise un sofa, une cheminée et deux tableaux pour représenter les parties anatomiques du visage de l’actrice.

Cette reconstruction peut être considéré comme unique dans l’histoire de l’art surréaliste car l’artiste innove l’utilisation des objets. Il crée une chambre dans ce qu’il présente comme un « appartement surréaliste ». Il place, au premier plan de la reconstruction, un divan en forme de bouche d’une sensualité explicite, une touche érotique qui rappelle par son réalisme l’actrice. En arrière plan se trouve une cheminée en forme de nez sur laquelle est posée une horloge rococo. Deux cadres représentant des paysages parisiens caractérisent les yeux de l’actrice. La photo, ci-dessus, nous présente l’illusion que peut avoir le spectateur lorsqu’il visite.

Salvador Dali, La table basse Leda, 1935, structure en laiton poli coulé vernis, 47 x 60 x 92 cm, Barcelone, http://www.owo.biz/products/leda-chair-bd-barcelona, © owo Italy srl

Salvador Dali, La table basse Leda, 1935, structure en laiton poli coulé vernis, 47 x 60 x 92 cm, Barcelone, http://www.owo.biz/products/leda-chair-bd-barcelona, © owo Italy srl

Dali est principalement connu pour ses peintures extravagantes, mais il s’engage notamment dans le mobilier. Il crée ainsi des chaises, des divans avec des formes qui sortent de l’ordinaire. S’inspirant toujours de ses pulsions surréalistes, il crée en 1935 La table basse Leda, où l’on retrouve ces formes ondulatoires qui renvoient à la dimension onirique bien connu de l’artiste. Dessinée par Dali pour Jean-Michel Frank d’après le tableau Femme à la tête rose, la table fut sculptée par Joaquim Camps, puis mise en production et commercialisée dans les années 90.

Salvador Dali, Lampes Muletas, Bracelli, Cajones, 1937, structure de panneau recouvert de peinture polyester argenté, ivoire, bois verni ous teinté en noir, 37 x 64 x 180 cm, 45 x 45 x 187 cm, 30 x 30 x 87 cm, http://www.bdbarcelona.com/en/products/the_dali_collection/bracelli,_muletas,_and_cajones_lamp-sculptures.php, © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Barcelona, 2014

Salvador Dali, Lampes Muletas, Bracelli, Cajones, 1937, structure de panneau recouvert de peinture polyester argenté, ivoire, bois verni ous teinté en noir, 37 x 64 x 180 cm, 45 x 45 x 187 cm, 30 x 30 x 87 cm, LIEN, © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Barcelona, 2014

On retrouve cette onirisme dans La lampe Bracelli adaptée pour sa maison de Port Lligat. C’est à l’occasion de sa rencontre avec le célèbre décorateur Jean-Michel Franck qu’il crée ces objets et que son intrigue pour le mobilier nait. Le fabricant de meuble et décorateur de prestige reconnu sur la scène parisienne de ces années allie donc sa maitrise des matériaux à l’imagination singulière de l’artiste surréaliste créant ainsi des objets uniques, qui évoquent les fondement du Surréalisme.

  Webographie

– Une rétrospective Salvador Dali au Centre Pompidou, LIEN, consulté le 13 avril 2014

– Bracelli, Muletas, and Cajones lamp-sculptures, LIEN, consultée le 13 avril

– DALÍ DÉCOUVRE DANS LE VASTE REGISTRE DES ARTS APPLIQUÉS DE NOUVELLES VOIES À L’EXPRESSION DE « SON » IDÉAL SURRÉALISTE, LIEN, consulté le 13 avril 2014

Publicités
Cette entrée a été publiée par lucapelliccioli, le 13 avril 2014 à 18 h 03 min, et est classée dans Dalì et l'émancipation du mouvement surréaliste. Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :